Javascript is required to view this map.

Le quartier en un coup d'oeil

Le quartier Pointe-Saint-Charles est situé à Montréal. Localisé au sud du canal Lachine et à proximité du fleuve St-Laurent, enclavé de part et d'autre par des infrastructures de transport, Pointe-Saint-Charles a un air de petit village urbain situé à proximité du centre-ville. Avec les quartiers Petite-Bourgogne, Saint-Henri, Ville-Émard et Côte-Saint-Paul, il fait parti de l'entité administrative de l'arrondissement Sud-Ouest.

Sa population

Le quartier se caractérise par une population d’origine canadienne-française, irlandaise et britannique. Vers les années 1930, des immigrants de l'Europe de l'Est (polonais et ukrainiens principalement) s'installent dans le quartier. Depuis environ une dizaine d’années, le quartier accueille de nouveaux immigrants qui proviennent principalement du sud-est asiatique, de l’Afrique centrale et de l’Amérique latine.

Un ancien quartier ouvrier

Berceau de l'industrialisation canadienne, Pointe-Saint-Charles a longtemps été le lieu d’une intense activité économique avant de décliner graduellement avec la fermeture du Canal de Lachine et de ses nombreuses usines.

La Northern Electric, une ancienne manufacture qui a employé des centaines de travailleurs dans le quartier.

Encore aujourd’hui, Pointe-Saint-Charles porte le tribut de ces années difficiles marquées par la désinsdustrialisation et les pertes d'emploi. La pauvreté, qui continue d'exister dans un pays riche comme le Canada, touche encore un trop grand nombre de familles. Les statistiques le démontrent et les groupes communautaires le constatent tous les jours.

FAITS SAILLANTS DU PORTRAIT STATISTIQUE DE LA POPULATION DE POINTE-SAINT-CHARLES - RECENSEMENT 2016

Extrait du portrait réalisé par Christian Paquin pour Action-Gardien et la Clinique Communautaire de Pointe-Saint-Charles Avril 2018

Les personnes
  • Le nombre de résidents du territoire de Pointe-Saint-Charles est de 14 915 et a augmenté de 7,1 % depuis 2011.
  • Il s’agit de la population totale de Pointe-Saint-Charles y compris les personnes qui vivent dans les ménages collectifs tels que les centres d’accueil, les communautés religieuses ou les maisons de chambre.
  • Les 1 630 personnes âgées de 65 ans et plus comptent pour 10,9 % de la population, comparativement à 16,7 % à Montréal. Leur nombre a augmenté de 16,4 % depuis 2011, comparativement à une augmentation de 9,6 % à Montréal.
  • Les 585 personnes âgées de 75 ans et plus comptent pour 3,9% de la population, comparativement à 8 % à Montréal. Ce groupe d’âge a connu une augmentation de 2,6 % depuis 2011, comparativement à une augmentation de 4,4 % à Montréal.
  • Les 2 160 jeunes âgés de moins de 15 ans ont connu une augmentation de leur nombre de 5,1 %, comparativement à une augmentation de 5,9 % à Montréal.
  • On constate une importante présence des personnes âgées de 25 à 39 ans, soit 31,8 % de la population, comparativement à 23,3 % à Montréal. À l’inverse, les personnes âgées de 60 ans et plus sont sous-représentées, avec 16,2 % à Pointe-Saint-Charles, comparativement à 22,3 % à Montréal.
Les ménages privés
  • 14 600 personnes vivent dans 7 640 ménages privés. Soit une moyenne de 1,9 personne par ménage.
  • 3 565 personnes vivent seules, soit 24,4 % de la population.
  • Près de la moitié des ménages (46,7 %) sont composés d’une seule personne.
L’état matrimonial
  • Les personnes divorcées, séparées ou veuves comptent pour 14 % des personnes âgées de 15 ans et plus. Cet indicateur est considéré comme un indicateur de défavorisation sociale.
Les familles
  • On compte 3 610 familles de recensement selon la définition de Statistique Canada.
  • On compte 2 145 familles avec enfants.
  • 46,2 % des familles avec enfants sont monoparentales et leur nombre a diminué de 13,9 % depuis les dix dernières années.
  • 57,1 % des familles avec enfants ont un seul enfant à la maison.
La langue et l’immigration
  • 55,7 % de la population a le français comme langue maternelle, soit une augmentation de 9,7 % depuis 2011.
  • 24,8% de la population a l'anglais comme langue maternelle soit une augmentation de 2,8 % depuis 2011.
  • Les personnes dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français (les allophones) constituent 16,1 % de la population. Fait exceptionnel, le nombre d’allophones a diminué de 2,1 % depuis 2011. Il est cependant en augmentation de 4 % depuis 2006.
  • Il existe une certaine diversité linguistique dans le territoire de Pointe-Saint-Charles. Toutefois, les francophones sont majoritaires, soit 55,7 %, comparativement à 46,4 % à Montréal. Le nombre de francophones a augmenté de 9,7 % depuis 2011, à un rythme plus rapide qu’à Montréal (+1,6 %).
  • Les immigrants et les résidents non permanents comptent respectivement pour 20,7 % et 2,5 % de la population résidente; le nombre d’immigrants a augmenté de 9,8 % depuis 2011 ainsi que depuis 2006.
La scolarité et l’emploi
  • 20,2 % des personnes âgées de 15 ans et plus n’ont pas de diplôme d’études secondaires (indicateur de défavorisation matérielle).
  • Le nombre de personnes âgées de 15 ans et plus sans diplôme a diminué de 35,1 % depuis 2006 et le nombre de diplômés universitaires a bondi depuis la même date.
  • 15,7 % des personnes âgées de 15 ans et plus qui détiennent un diplôme d’études postsecondaires ont obtenu leur diplôme dans un autre pays.
  • Le taux d’emploi est de 60,7 %, comparativement à 58,3 % à Montréal (indicateur de défavorisation matérielle).
  • Le taux de chômage est de 9 %, soit le même qu’à Montréal.
  • Les femmes se distinguent des hommes dans l’utilisation du transport. Elles utilisent davantage le transport en commun, et ce mode de transport est nettement plus présent qu’à Montréal.
Le revenu
  • Le revenu total moyen avant impôts des résidents du territoire âgés de 15 ans et plus s’élève à 45 847 $ par année, alors qu’il est de 43 670 $ à Montréal (indicateur de défavorisation matérielle).
  • Le revenu total médian après impôts des résidents du territoire âgés de 15 ans et plus s’élève à 25 760 $ par année, alors qu’il est de 26 873 $ à Montréal.
  • Après avoir payé les impôts, 28,6 % des résidents vivent avec un faible revenu, comparativement à 21,3 % à Montréal.
  • Parmi les cinq secteurs de recensement du territoire de Pointe-Saint-Charles, un seul a une proportion supérieure à 30 % de personnes vivant avec un faible revenu. Il s’agit du SR72 situé au sud du Boulevard Wellington.
Le logement
  • En 2016, il y avait 7 640 logements privés occupés sur le territoire; il s’agit d’une augmentation de 640 logements (+ 9,1 %) depuis 2011 et de 935 logements (+13,8 %) depuis 2006.
  • Plus des deux-tiers (67,9 %) des logements sont occupés par des ménages locataires. La proportion de ménages locataires était de 72,4 % en 2011 et de 77% en 2006.
  • Le nombre de ménages propriétaires a augmenté de 26,9 % depuis 2011 et celui des ménages locataires de 2,4 %.
  • Trois ménages locataires sur dix (29,2 %) consacrent 30 % ou plus du revenu total du ménage aux coûts d’habitation.
  • Moins d’un logement sur onze (8,6 %) nécessite des réparations majeures.
  • Le quart (24,5 %) des logements sont des condos.
  • Le loyer moyen est de 743 $ par mois (851 $ à Montréal). Le loyer a augmenté de 23,2 % depuis 2011 et de 42,3 % depuis 2006 (28,5 % à Montréal).
  • Plus de la moitié des résidents (51,9 %) n’habitaient pas le même logement il y a cinq ans.
Note : les données comparative pour Montréal réfèrent à l’île de Montréal et non pas à la Ville de Montréal. Le portrait complet est disponible en attachement au bas de la page.

Un quartier d’entraide et de solidarité

couverture ok.jpg

La Pointe, c’est aussi une vigoureuse tradition d’entraide et de solidarité, un milieu communautaire bouillonnant et des organisations citoyennes pionnières qui ont servi de modèles ailleurs au Québec. Les nombreuses ressources communautaires sont là pour en témoigner ! Voir le bottin des ressources communautaires (disponibles pour les citoyens dans les groupes communautaires et en fichiers joints ci-dessous).

Un quartier à la croisée des chemins

De par sa localisation stratégique et son riche patrimoine qui témoigne de son passé industriel, le quartier est de plus en plus convoité et subit la pression du centre-ville que l’on cherche à étendre. De plus, comme le quartier possède de grands terrains et des bâtiments sous-utilisés ou inoccupés, la spéculation y est très forte. Conséquemment, la communauté est confrontée à un défi majeur: le maintien des résidants dans leur quartier et l'amélioration de leurs conditions de vie.

Le contexte de transformation rapide auquel fait face la Pointe force les groupes et les citoyens à réfléchir à l'avenir qu'ils entendent donner à leur quartier et à prendre position sur le type de développement qu'ils y souhaitent. La récente lutte contre le déménagement du Casino a démontré la capacité de mobilisation du milieu communautaire et des citoyens du quartier pour s’opposer à un projet non-structurant pour Pointe-Saint-Charles.

Fichier attachéTaille
Portrait Population Pointe-Saint-Charles-recensement 2016_VF.pdf8.02 Mo
FAITS SAILLANTS - Portrait 2016- TABLEAU.pdf295.9 Ko
bottin 2012 _francais 1.72 Mo
bottin 2012 _anglais 1.1 Mo
La cyberlettre d´Action-Gardien

Tenez-vous au courant de nos activités et des dossiers importants !

Syndiquer le contenu
Recherche
Membres