Mon bureau de poste, je l'aime public ... et proche SVP !

Au printemps 2007, Postes-Canada a décidé de fermer en catimini le seul bureau de poste du quartier, situé sur la rue Richmond, et de le déménager aux abords du Pont Victoria. Ce secteur est situé loin des zones habitées du quartier, dans un coin inaccessible en transport en commun et congestionné par le trafic automobile vers la Rive-Sud. Bref, un service de proximité relocalisé au milieu de nulle part, ce qui équivaut à la perte pure et simple d’un service public qui devrait pourtant être accessible à tous. Cette décision est inacceptable, et incompatible avec le mandat public de Postes Canada.

La communauté s’est mobilisée pendant des mois pour maintenir ouvert son bureau de poste. Malgré cela, le 1er avril 2008, Postes Canada a mis fin au service du seul bureau de poste public dans le quartier. Pour autant, la bataille n’aura pas été vaine !

VIDÉOS à voir

Prof timbré partie 1 et 2
La lutte pour la sauvegarde du bureau de poste
La lutte contre la dérèglementation de Poste Canada

Une bataille à poursuivre !

Même si nous n’avons pas pu empêcher cette fermeture, la bataille n’aura certainement pas servi à rien !


Des pancartes affichées aux portes et fenêtres et dans les organismes communautaires ont rendu visible notre campagne dans le quartier.

Premièrement, si nous n’avions pas mené cette lutte et reçu autant appuis, nous n’aurions plus à l’heure actuelle de services postaux, même franchisés, dans notre quartier. Car au début du mois de mai, Postes Canada a ouvert une franchise dans un IGA situé en plein cœur du quartier, avec tous les services qui existaient dans le bureau public, y compris des casiers postaux. Après s’être contenté de répéter que le bureau n’était pas assez fréquenté et que la population du quartier serait bien desservie par les franchises dans les quartiers avoisinants, Postes Canada a finalement reconnu la nécessité d’un service postal de proximité dans notre quartier avec tous les services offerts dans un bureau public...

Deuxièmement, au-delà de la bataille de Pointe-Saint-Charles, c’est à la population du Québec et du Canada que les responsables de Postes Canada devront rendre des comptes et expliquer qu’au nom de la rentabilité, Postes Canada est en train de renier son mandat et de priver la population de services auxquels elle a droit.L’offensive de Postes Canada est loin de s’arrêter.

Le ministre responsable des Postes, Lawrence Cannon, vient de nommer un comité dont l’objectif est de réviser le mandat public du service postal canadien, et plus largement encore, d’ouvrir le service postal à la concurrence. Ce comité ne tiendra aucune audience publique, mais recevra des mémoires jusqu’au début du mois de septembre, pour faire rapport en décembre. Nous devons dénoncer ce processus anti-démocratique et demander le maintien du service postal public.

[l|http://www.servicepostalpublic.ca/index.cfm/ci_id/6468/la_id/2.htm| Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes organise dès cet été une campagne ]à laquelle nous invitons les citoyens et les 204 municipalités qui ont appuyé notre lutte à participer par l'envoi de mémoires.

[l|/sites/actiongardien2.aegirphp52.koumbit.net/files/Mémoire Action-Gardien.2008.09.pdf|Voici le mémoire déposé par Action-Gardien dans le cadre de l examen stratégique tenu par Postes Canada.]

Les mobilisations

Lettres ouvertes, manifestations, conférences de presse, assemblée publique, campagne de visibilité dans le quartier, campagne d’appui et pétition, alliance avec le syndicat des postes, tels ont été les ingrédients de cette bataille de quartier.

Des manifestations et une pétition à la Chambre des Communes

Le 24 octobre et le 13 décembre 2007, les citoyens ont massivement répondu à l’invitation de la Table Action-Gardien et sont venus manifester et signifier a Postes Canada leur volonté de garder ouvert le bureau de poste.

Une pétition signée par 1186 citoyens du quartier a été déposée en décembre à la Chambre des communes pour demander de renverser la décision de Postes Canada.

  • [l|files/Communiqué.2007.12.24.pdf|Communique de presse - 24 octobre 2007 - Citoyens et groupes communautaires manifestent leur opposition à la fermeture du bureau de poste du quartier Pointe-Saint-Charles.]
  • [l|files/Communiqué.2008.02.14.pdf|Communiqué de presse - 13 décembre 2007 - La population s organise et monte le ton !]

Le 14 février 2008, un autobus de citoyenNEs rejoignait le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) qui manifestait devant l’immeuble où se tenait le forum régional organisé par la direction de Postes Canada venue exposer son plan de modernisation du service postal. L’exemple de Pointe-Saint-Charles témoigne de la signification de ce plan de modernisation pour les citoyens du Québec et du Canada : fermetures, privatisation, franchises, ou délocalisations qui privent la population des services auxquels elle a droit.

  • [l|files/Communiqué.2008.02.14.pdf|Communiqué de presse - 14 février 2008 - Notre bureau de poste, on l aime public ... et proche SVP !]

Au moment de la fermeture du bureau de poste, le 28 mars 2008, plus de 100 personnes ont participé à une action citoyenne pour envoyer un message clair à Postes- Canada et au gouvernement : « C’est pas fini, et vous allez continuer à entendre parler de nous ! Le 28 mars marque la fermeture de notre bureau de poste, mais certainement pas la fin de notre lutte pour nos droits et nos services publics ».

  • [l|files/Communiqué.2008.03.28.pdf|Communiqué de presse - 28 mars 2008 - 114 municipalités du Québec appuient les résidants de Pointe-St-Charles]
  • [l|files/CompteRendu.2008.03.28.pdf|Compte-rendu - 28 mars 2008 - Le 28 mars, c est pas fini !]

Photos (3)

De larges appuis pancanadiens

Rarement bataille citoyenne aura fait une telle unanimité dans différents milieux, du local au national, et en si peu de temps: élus scolaires, municipaux et fédéraux, milieu syndical, communautaire et des affaires, milieu rural et urbain.

Ont appuyé la lutte citoyenne de Pointe-Saint-Charles [l|files/Campagne.Appuis.2008.06.13.pdf|(résultats de la campagne d appuis)]:

  • 204 municipalités, villes et MRC
  • Des chefs des partis d’opposition et des députés fédéraux: Gilles Duceppe et tout le caucus du Bloc, Jack Layton et Thomas Muclair du NPD, Marlene Jennings du parti Libéral
  • La mairesse de l'arrondissement Sud-Ouest, Jacqueline Montpetit, et le commissaire scolaire, Benoît Dorais
  • Des organisations syndicales : Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier et le Conseil régional FTQ Montréal métropolitain
  • Plusieurs organismes communautaires et associatifs
  • Plus de 2500 citoyenNEs de l'extérieur du quartier

Des conférences de presses et une lettres ouverte : Moya Greene et les ministres conservateurs doivent s’expliquer !

Postes Canada a d’abord voulu mettre les citoyens et citoyennes devant un fait accompli et éviter de rendre des comptes sur son mandat. Puis, face aux multiples mobilisations de la communauté, les seules réponses ont été de brefs communiqués via les journaux locaux. Il est inadmissible qu’une telle décision soit prise sans vrai débat. [l|files/LettreOuverte.2008.02.13.pdf|Par une lettre ouverte], nous avons invité les responsables de Postes Canada à venir s'expliquer et rencontrer les citoyens de Pointe-Saint-Charles, puis dénoncer le plan de fermeture et de rationalisation de Postes Canada.

Nos arguments… et ceux de Postes Canada

Les citoyens et citoyennes du quartier se sont mobilisés et ont fait des représentations auprès de la direction de Postes Canada et du ministre responsable, Lawrence Cannon, pour leur demander de revenir sur leur décision. Sans succès ! Ces décideurs se sont à peine justifiés par le biais de brefs communiqués.

Leurs arguments:

  • « Il s’agit d’une décision d'affaires. »
  • « La fréquentation du bureau de Pointe-Saint-Charles est trop faible.»
  • « Les citoyens auront les même services avec les comptoirs postaux franchisés tout autour. »
  • « Le bail achève et le local est trop grand »

À cela nous répondons:

  • Le mandat de Poste Canada est de fournir un service postal public, tout en l’améliorant et en étant autonome sur le plan financier. Ce mandat signifie rendre le meilleur service possible à l’ensemble de la population, et non pas maximiser ses profits comme le fait l'entreprise privée. Si profits il y a, ils doivent être réinvestis dans l’amélioration des services. Et la Société des postes a réalisé des profits au cours des 11 dernières années.
  • Postes Canada affirme que le bureau de poste est sous utilisé. Si le bureau de poste est sous utilisé, alors pourquoi le déménager loin des zones habitées ? Poste Canada agira-t-elle de même avec tous les « Pointe-Saint-Charles » du Québec et du Canada jugés « trop peu fréquentés » ?
  • Si un comptoir franchisé offre les mêmes services, peut-on nous expliquer pourquoi des citoyens de Ste-Julie se plaignent du manque de services de leur nouveau comptoir postal franchisé ? Poste Canada a finalement avoué que le service dépendait des contrats et ententes avec l'entreprise privée, et que certains services ne sont pas offerts à cause de la formation et de l’équipement que cela nécessite.
  • L’Office municipal d’habitation, propriétaire des lieux, se dit prête à poursuivre la location tout en ajustant l’espace aux besoins de Postes Canada.

Tous les arguments mis de l’avant par Poste Canada pour fermer le bureau de poste sont réfutables. Toutefois, il y a plusieurs bonnes raisons pour le garder ouvert :

  • Notre bureau de poste fait partie intégrante de notre communauté. Entre 200 et 300 personnes, dont la plupart ne possèdent pas de comptes de banque, utilisent chaque mois le service de mandat poste. Les personnes à mobilité réduite de même que les aînés dépendent des services de proximité pour subvenir à leurs besoins. Plusieurs organismes utilisent les casiers postaux dont le caractère confidentiel peut s’avérer essentiel.
  • Le bureau est largement fréquenté par les résidants, les entreprises, les organismes communautaires et les commerces de proximité… sans compter tous les nouveaux développements à venir qui auront pour effet d'augmenter la demande pour ce service. Le bureau de poste est établi dans le quartier depuis plus d’une vingtaine d’année, et a connu des périodes lors desquelles on a vu la population baisser et les commerces fermer. Et maintenant qu’il y a une certaine forme de relance, Postes Canada veut mettre la clé dans la porte. C'est le monde à l'envers…
  • À Pointe-Saint-Charles, on se mobilise depuis des années pour développer notre quartier, améliorer nos conditions de vie, avoir un milieu de vie complet et des services de proximité. Récemment, on a voulu fermer l'école St-Gabriel. Maintenant c’est au tour du bureau de poste. Et demain, à qui le tour ?

Liens

Visitez le site du Syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes(STTP)[l|http://www.servicepostalpublic.ca/index.cfm/ci_id/6468/la_id/2.htm|
pour en savoir sur la campagne contre les fermetures, la privatisation et la dérèglementation à Postes Canada.]

Fichier attachéTaille
LettreOuverte.2008.02.13.pdf25.75 Ko
Communiqué.2008.02.14.pdf48.94 Ko
Communiqué.2007.10.24.pdf38.73 Ko
Communiqué.2007.12.13.pdf66.83 Ko
CompteRendu.2008.03.28.pdf903.74 Ko
Campagne.Appuis.2008.06.13.pdf58.47 Ko
Communiqué.2008.03.28.pdf61.3 Ko
Mémoire Action-Gardien.2008.09.pdf242 Ko
La cyberlettre d´Action-Gardien

Tenez-vous au courant de nos activités et des dossiers importants !

Syndiquer le contenu
Recherche
Membres