Une coalition de groupes communautaires exige des réponses de la CSDM

ecole-charles-lemoyne-ad-020.jpg

Des représentant.e.s de la coalition ad-hoc des groupes communautaires logés par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) sont allé.e.s hier soir au Conseil des commissaires pour demander à la CSDM de rendre publique la liste des bâtiments excédentaires à vendre.

C’est par les médias que les organismes, pourtant les premiers concernés, ont appris qu’une douzaine de bâtiments les abritant seraient prochainement à vendre. La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, a refusé de confirmer ces ventes et de dévoiler la liste.

Les organismes veulent avoir la garantie que ces bâtiments ne seront pas vendus au privé et que des solutions seront trouvées pour qu’ils s’en portent acquéreurs ou que les bâtiments restent une propriété publique. Ils veulent également s’assurer que la CSDM se commette sur des durées décentes de baux pour les bâtiments conservés par la commission scolaire. Pour l’instant, ces baux sont renouvelés à chaque année, ce qui crée une grande insécurité.

Également, la coalition des groupes a demandé hier à la CSDM de renoncer aux augmentations de loyers. Ces hausses sont impossibles à assumer par les groupes et menacent leur capacité à poursuivre leurs activités. En mai dernier, plus d’une trentaine d’organismes, dont ceux de Pointe-Saint-Charles, ont déposé des résolutions indiquant qu’ils ne signeraient pas leur bail tel que déposé par la CSDM pour juillet 2017. Du même souffle, les groupes ont signifié leur volonté de négocier des conditions de bail acceptables et la nécessité de trouver des solutions collectives et concertées, au bénéfice de tous.

Cliquez ici pour la couverture du journal Le Devoir.

La cyberlettre d´Action-Gardien

Tenez-vous au courant de nos activités et des dossiers importants !

Syndiquer le contenu
Recherche
Membres